Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

unpasenavant.over-blog.net

unpasenavant.over-blog.net

Les aventures de Mélanie et Grégory au bout du monde


Le tour de Bali (Candi Dasa, Amed, Lovina, Ubud, Kuta)

Publié par unpasenavant. Rédactrice en Chef : Mélanie MATHEY. Webmaster : Grégory GOYAU sur 17 Septembre 2013, 04:35am

Catégories : #Indonésie

Le tour de Bali (Candi Dasa, Amed, Lovina, Ubud, Kuta)

Après de nouveau 5h passées assis sur un bout de moquette du ferry (il faut se battre pour avoir un coin plutôt agréable où s’assoir), nous amarrons à Bali.

Nous allons à Candi Dasa, à l’est de l’île où nous visitons le temple de la petite ville, le jardin d’eau (une sorte d’étang à proximité de la mer) et nous promenons hors du centre touristique. C’est ainsi que nous atterrissons au milieu de milliers de poulets tous confinés dans de petites cabanes. Nous regardons au passage quelques Balinais assis par terre, ranger d’innombrables œufs dans des boîtes et les charger dans les camions. « Respire plus Greg, la grippe aviaire sévit en Indonésie ! » Mais 5 min sans respirer, c’est long. Bon ben tant pis !

Assis sur la terrasse de notre bungalow, nous admirons un gros singe sortit d’on ne sait d’où, qui arrache voracement les feuilles du papayer se trouvant juste devant nous, pour les dévorer. Il s’enfuit malheureusement rapidement quand il s’aperçoit que nous l’observons avec des yeux de merlans frits.

Nous partons ensuite pour Amed, un village de pêcheur. Sur la route, nous observons les magnifiques rizières en plateau installées au milieu des montagnes.

Notre hôtel est situé en bord de mer, seule une piscine nous sépare de celle-ci. Le cadre est plutôt idyllique ! Mais comme beaucoup d’Indonésiens, notre hôte est un petit filou. Celui-ci tente de louer ses chambres plus chères que ce qu’elles ne valent. Pas de chance pour lui, nous avions réservé la notre sur internet à un prix bien inférieur. Ce qui ne l’empêche pas de nous demander de ne pas le dévoiler à nos voisins qui eux, avaient payés la leur un tiers plus cher. Voilà un petit exemple de la vie quotidienne d’un touriste en Indonésie.

Nous décidons enfin de tester le snorkeling à Bali (il est grand temps) et partons acheter masque et tuba, en vain. Il n’y en a pas à vendre ici mais pas de soucis, ils en louent tous! Nous partons donc sur la plage de galets et de sable noir d’Amed, enfilons notre masque et partons à la découverte du monde aquatique du coin. Le corail est abimé, l’eau est trouble mais quelques poissons multicolores sont présents. Ca ne vaut pas la Nouvelle-Calédonie mais c’est toujours sympa !

Nous faisons aussi la connaissance de deux jeunes couples dont deux Français (Léa et Nicolas) avec qui nous testerons l’Arak, l’alcool local, servit en cocktail avec du citron et du miel. « Fiooou ! C’est fait maison c’machin là ! Fais chaud là, non ? ». Bref, nous finirons tous par un bain de minuit afin de nous « rafraîchir ».

Nous partons ensuite au Nord de Bali, vers Lovina. Nous devons y refaire nos visas touristiques car ceux-ci ne sont valable qu’un mois. Nous hésitons tout de même quelques jours avant de les refaire faire car Bali n’est pas forcement un coup de cœur pour nous :

Nous avons tout abord la forte impression d’être perçu comme des distributeurs de banque. Beaucoup de Balinais cherchent à entamer le dialogue uniquement dans le but de nous vendre quelque chose. L’argent les obnubile. Comme dirait Greg, certains seraient prêts à vendre leur mère. Cela fausse malheureusement les rapports et devenons méfiants lorsqu’ils engagent le dialogue tant tout se rapporte à l’argent. Ce qui est dommage car il y a bien évidemment des Balinais qui ont juste envie de discuter avec vous. Mais à force de se faire interpeller toutes les 5mins, nous ne cherchons malheureusement plus à les identifier. Nous trouvons également que les Balinais sont un peu « obsédés ». Mélanie se sent un peu trop observée à son goût, non gênés par la présence de Grégory. Et dès que celui-ci à le dos tourné, ils passent à la drague, certains tentant même de l’embrasser.

Et il est également difficile pour nous de passer d’une vie de vadrouilleur et d’aventurier à une vie de touristes qui passent toutes leurs nuits à l’hôtel et mangent tous les jours au restaurant. Et nous sommes plus ou moins obligés de rester à proximité des centres touristiques car dès que nous cherchons à nous en éloigner, le prix des hôtels flambent et/ou deviennent rares. Le camping étant bien entendu inexistant en Indonésie. Le stop est également interdit par la loi et si vous tentez malgré tout d’en faire, le conducteur vous réclamera de l’argent.

Mais il est certain que venir passez 15 jours ici est agréable surtout lorsque vous avez travaillé comme un acharné tout l’été. L’exotisme, la chaleur, les plages, les prix attractifs… il y a de quoi se faire plaisir avec un peu d’argent : SPA, sports aquatiques, cours de cuisine, de danse et de sculpture, snorkelling, prendre un guide pour escalader les volcans (quoique, il y a des airs de Dysneyland lorsque vous atteignez le sommet tant c’est touristique) … et même avec un budget plus réduit : visite de temples, promenade dans les rizières, location de scooter pour vadrouiller dans l’arrière pays, snorkeling et bien entendu, farniente sur la plage.

Bref, nous refaisons nos visas touristiques pour 1 mois, optons pour la pensée positive et nous habituons au bout de la 3ème semaine à un rythme de vie plus lent. Qui est finalement agréable aussi.

Nous partons une fois de plus faire du snorkelling à coté de l’île de Menangan, à l’ouest de Bali. Nous apercevons à proximité les volcans de l’île de Java. L’eau est limpide et les poissons sont au rendez vous. Un vrai bonheur de nager au milieu des bénitiers, du corail multicolore et d’un nombre phénoménal de poissons !

Nous louons également un scooter afin de visiter l’arrière pays, faisons une halte à l’unique monastère bouddhique de Bali puis nous baignons dans les piscines thermales de Benjar ( à 32°).

Nous parcourons aussi les petits villages qui s’étalent le long de la mer. Les pirogues des pêcheurs sont sur la plage attendant patiemment la prochaine sortie en mer et les nombreux filets de pêche accrochés devant les habitations sèchent au vent. Les poules, les cochons et les chiens se partagent le peu de plage qu’il reste pendant que la mer y vomit en permanence son flot de déchets.

Nous passons de nouveau quelques jours à Ubud, puis partons sur Kuta, le grand centre touristique de l’île. Sa plage s’étend sur des kilomètres, devenant noir de monde lorsque le soleil se couche sur la mer. Il est vrai que le coucher du soleil là-bas vaut le coup d’œil. Nous regardons également les surfeurs, débutants et confirmés se partager les rouleaux. Des marchands passent régulièrement devant nous pour nous proposer toutes sortes d’articles. Les boutiques à touristes s’entassent dans tout le centre ville, les vendeurs, les masseuses et les taxis interpellent en quasi continuité les touristes. Bref, nous passons de plus en plus de temps à l’hôtel.

Nous sommes aujourd’hui le 16 septembre. Joyeux anniversaire Grégory ! C’est donc à Bali que celui-ci fêtera ses 29ans. Mélanie lui a réservé un bon programme : un petit tour de parachute ascensionnel, du jet ski, du snorkelling, un bon mexicain pour le déjeuner, un rendez vous au meilleur SPA de Kuta l’après midi, l’apéritif sur la plage et le diner dans un joli restaurant romantique ainsi que deux petits cadeaux. Ce fut une agréable journée.

Enfin, nous arrivons à la fin de notre séjour Indonésien. Chouette, chouette, chouette ! Mais nous commençons à apercevoir le bout du chemin de notre grand et beau périple et cela nous fait peur. Heureusement, cela fait plus de deux mois que nous nous préparons au retour. Il est important de se préparer psychologiquement. Nous savons que le retour sera dur, tous les témoignages d’anciens voyageurs comme nous nous parlent de déprime ou de dépression au retour. Et bien ! C’est rassurant tout cela ! De nouveaux projets sont certainement nécessaires !

Nous décollons demain pour Singapour et après demain pour Kuala Lampur (Malaisie) où nous restons une petite semaine. Décollage pour le grand retour le 25 et atterrissage le 26.

En un mot : à très vite !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

lil 17/09/2013 13:38

Mais non , pas de déprime , comptez sur nous pour vous distraire ....Il y a plein de travail à la maison !!! Vous allez avoir tellemnt de choses à nous raconter que c'est nous qui allons vous regarder avec des yeux de merlans frits.
N'oubliez pas de nous donner la compagnie et l'horaire exact du vol si vous voulez un taxi à l'arrivée!! GROS BISOUS .Vais préparer mes menus!!

Archives

Articles récents